Fridon Injia, président du groupe politique parlementaire socialiste européen, et David Zilfimian, membre du groupe politique, ont rencontré des membres de la commission de suivi de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe.

Les principaux sujets de la réunion étaient :

1. Légalité et construction de l'Etat de droit ;

2. Élections extraordinaires ;

3. Amendements constitutionnels ;

4. Questions liées au mémorandum de Charles Michel ;

5. La question de la polarisation de la situation politique ;

????"Nous construisons un État légal et légal, où l'application de la loi est suprême, et nos partenaires occidentaux nous aident dans ce domaine, et nous les en remercions", a déclaré Fridon Injia lors de la réunion.

????Selon lui, il existe malheureusement une certaine pression de la part de certains politiciens européens ou américains, ou de parlementaires européens, qui se manifeste par le mépris de la loi ou une loyauté excessive envers les criminels et une attitude tolérante envers le délinquant. C'est le résultat de cette pression, et dont nous avons surtout des exemples dans la période récente, le pardon des criminels, qui est perçu assez négativement dans la société géorgienne, qui envisage l'avenir avec espoir. Ceci est bien connu des invités d'aujourd'hui

.???? La position des "socialistes européens" est que le criminel doit être puni, quel qu'il soit - un ancien président, un haut fonctionnaire ou un citoyen ordinaire, comme d'autres criminels ont été punis, et leur nombre, selon données disponibles, est de 9 500, et ils sont assis et purgent leur peine. Il (Saakashvili) est l'un d'entre eux. Par conséquent, tous doivent être égaux devant la loi. Toute pression concernant cette question est catégoriquement inacceptable pour nous", a déclaré Fridon Injia lors de la réunion.

???? Quant à la question de la réconciliation, comme l'a déclaré le président du groupe politique, la réconciliation est possible une fois que l'auteur est pleinement responsable devant la loi. La réconciliation directe est possible avec ceux qui n'ont pas commis de crimes contre les personnes et la famille.

???? "Celui qui a commis un crime doit en répondre jusqu'au bout. De plus, aujourd'hui, il n'y a pas le principe de rassemblement, qui a été établi par Saakashvili à l'époque, mais le principe d'absorption. Par conséquent, il purge actuellement une peine de 6 ans au lieu des 31 ans auxquels il a été condamné pendant son mandat. Par conséquent, tous les criminels doivent être égaux devant la loi. Pouvez-vous imaginer ce qui se passerait si 9 500 prisonniers demandaient à être libérés sous prétexte de réconciliation ?!" - a déclaré Fridon Injia.

Comme l'a noté le président du groupe politique lors de la réunion, il n'existe aucune base légale ou autre pour la tenue d'élections législatives anticipées et extraordinaires dans le pays. Cela a été confirmé à la suite des travaux de la commission d'enquête temporaire pour les élections législatives de 2020, dont les membres étaient Fridon Injia lui-même et Davit Zilfimian du parti d'opposition.

???? "Une enquête approfondie a été menée par la commission d'enquête. Des dizaines de personnes ont été interrogées, des urnes spécifiques ont été ouvertes, où des recalculs ont eu lieu, et selon les conclusions faites, certaines failles ou erreurs étaient dans la norme, ce qui ne pouvait en aucun cas affecter les résultats définitifs des élections législatives. De plus, les élections des gouvernements locaux de 2021, qui se sont déroulées dans le cadre du code électoral mis à jour, ont été bien mieux organisées, ce qui a été reconnu par les organisations internationales de surveillance, y compris l'OSCE/ODIR », a noté Fridon Injia.

???? Il estime que le sujet des élections anticipées devrait être écarté d'emblée par certaines forces politiques, car il peut redevenir à la base de tensions et de désordres dans le pays, le début d'une stagnation du progrès économique, sans parler de la crise financière catastrophique ressources que les élections exigent en général.

???? Concernant les amendements constitutionnels, qui prévoient d'abaisser le seuil électoral à 2% et de réduire le nombre de députés à 4 pour la création d'une faction, selon Fridon Injia, « les socialistes européens saluent et soutiennent ces amendements, qu'ils ont confirmés lors de la première lecture du la question au Parlement.

???? Les changements mentionnés garantissent le caractère multipartite des activités parlementaires et augmentent la qualité de la démocratie.

???? "De plus, nous pensons que le groupe parlementaire, et plus encore, les petits partis politiques qui sont représentés au parlement et exercent pleinement leurs activités parlementaires, devraient être dotés des ressources financières minimales, bien sûr, conformément à la loi établie , pour pouvoir mener pleinement leurs activités politiques afin de Ils ne se sont pas retrouvés dans des conditions inégales et injustes par rapport aux autres forces politiques, alors que nous voulons construire un État de droit » - a déclaré Fridon Injia.

???? Lors de la réunion, Fridon Injia a également attiré l'attention sur la sélection des juges et a noté que le processus est très différent par rapport à 2012. Aujourd'hui, la publicité est beaucoup plus grande. Il y a peut-être beaucoup de choses à améliorer, mais le processus se déroule bien.

???? Quant aux modifications du Code des infractions administratives, selon Fridon Injia, elles doivent être modifiées en fonction des exigences recommandées par l'Europe. Bien sûr, construit sur la mentalité géorgienne.

???? Selon Davit Zilfimiyan, il y a aujourd'hui une grande polarisation dans le pays et ce mot est même devenu à la mode. "Le fait est que le "Mouvement national" se bat toujours pour arriver au pouvoir, et je crois qu'il n'en a pas le droit moral. Quant à la question de la réconciliation, je crois que cette question n'est pas du tout à l'ordre du jour, car pour commencer à en discuter, il faut qu'il y ait un fait de repentir du crime, que je ne vois pas », a déclaré Zilfimyan.

???? Lors de la réunion, les membres du comité de suivi du Conseil de l'Europe se sont intéressés à la mise en œuvre de l'accord du 19 avril de Charles Michel. Selon Fridon Injia, le mémorandum de Charles Michel a joué son rôle positif au début. "Je crois que l'accord Charles Michel a joué son rôle positif, qui s'est manifesté dans l'apaisement de la crise créée artificiellement. Les principales questions du mémorandum ont déjà été mises en œuvre. Il s'agit des modifications du code électoral ou de la question de l'élection des juges. Sous la pression de vous et de nos partenaires, les criminels ont été libérés. Il s'agissait de contre-mesures du gouvernement. Ensuite, ces 9 500 prisonniers seraient également libérés... Mais il n'arrive pas qu'un criminel soit libéré sur demande dans un autre pays. Ce genre de choses ne se produit pas en Europe, et si nous nous dirigeons vers l'Europe, nous devons en tenir compte et nous devons tous agir conformément à la loi. La loi doit être la loi pour tous. Après cela, les événements se sont développés de telle manière que le mémorandum de Charles Michel a presque remplacé la Constitution de Géorgie, ce qui n'était pas acceptable pour nous. "Tous les médias ont commencé par discuter du mémorandum de Charles Michel", a déclaré Fridon Injia.

???? Selon Davit Zilfimyan, l'accord Charles Michel était un événement positif et à ce moment-là c'était vraiment nécessaire, et si quelqu'un remplissait l'accord Charles Michel, c'était une opposition constructive. "Chaque fois que nous parlons de l'opposition en Géorgie, veuillez le diviser en deux parties. L'opposition, qui aujourd'hui encore ne va pas au parlement et ne participe pas aux activités parlementaires. Donc, de notre côté, nous pensons que l'accord de Charles Michel était un accord positif. Cet accord a été respecté du début à la fin, et si quelqu'un ne respectait pas cet accord, c'était une opposition destructrice", a déclaré Davit Zilfimyan.

???? Les invités se sont également intéressés à l'approche des « socialistes européens » concernant l'adhésion de la Géorgie aux structures de l'UE et de l'OTAN. Ils étaient également intéressés par leur opinion sur la Russie. Selon Davit Zilfimiyan, plus tôt la Géorgie rejoindra l'Union européenne, mieux ce sera pour le pays. "Nous soutenons l'adhésion de la Géorgie à l'Union européenne de toutes les manières possibles. Nous mettons tout en œuvre pour accélérer la procédure d'adhésion de la Géorgie à l'Union européenne. Malgré de nombreuses objections. Quant à l'adhésion de la Géorgie à l'OTAN, vous savez qu'elle ne dépend pas de nous. Aujourd'hui, si nous ne sommes pas dans l'OTAN, ce n'est pas la faute de la Géorgie. Par conséquent, plus tôt les pays européens mettront fin au blocus, plus tôt la Géorgie rejoindra l'OTAN. Nous y serons favorables", a déclaré Davit Zilfimyan. En ce qui concerne les relations de la Géorgie avec la Russie, puisque personne ne changera notre géographie, il est logique de trouver un moyen de maintenir des relations de voisinage avec la Russie, de minimiser l'agression qui existe aujourd'hui. "20% des territoires du pays sont occupés en Géorgie. Nous avons un pays agresseur dans le voisinage qui a occupé nos territoires. On comprend aussi bien pourquoi l'Europe se garde bien d'inclure un pays en conflit dans sa composition, pour ne pas tendre les relations avec la Russie. C'est très difficile pour vous et très difficile pour nous. "Notre volonté de surmonter tous ces obstacles est là", a déclaré Zifimyan.

???? Selon Fridon Injia, le gouvernement géorgien a déjà annoncé la question de l'adhésion à l'Union européenne et la Géorgie fera une annonce à ce sujet en 2024, et l'opposition constructive sous sa forme fera tout pour faciliter ce processus autant que possible. » Cela ne dépend pas de nous, et nos problèmes vous sont bien connus. Que notre intégrité territoriale est violée. Notre tâche numéro un est de rétablir l'intégrité territoriale de notre pays. C'est la chose la plus importante", a déclaré Fridon Injia.

???? Selon Davit Zilfimyan, potentiellement, à l'avenir, il devrait y avoir un gouvernement de coalition en Géorgie, qui consistera principalement en une opposition constructive. Du fait qu'aujourd'hui, dans le contexte de l'existence de deux partis - "Georgian Dream" et "National Movement", l'opposition constructive ne peut pas se développer, la raison n'est pas que les partisans ne veulent pas voter, mais que toutes les élections sont menées par la méthode de qui est le plus "mauvais" et non qui est le plus avec la méthode "Kargia". En d'autres termes, les électeurs craignent que, d'une part, le "Mouvement national" ne revienne pas, et le rêve dit que nous devrions revenir au pouvoir et pas n'importe qui d'autre. "C'est pourquoi l'environnement est tendu. Il suffit que l'électeur sache que le "Mouvement National" ne participera pas aux élections, alors les électeurs du Mouvement National seront également répartis dans l'opposition, et la moitié des électeurs "Dream" seront également répartis dans l'opposition. opposition. Alors la crainte que le "Mouvement national" ne revienne pas dans le pays avec son régime sanglant disparaîtra. Aujourd'hui, c'est un problème", a déclaré Davit Zilfimian.

???? Selon Fridon Injia, à l'exception de deux ou trois partis, le reste des partis est le même "Mouvement national" en termes de vision et de rhétorique. "Il n'y a pas de différence dans la vision, ni dans les approches, ni dans la rhétorique, ni dans les actions. Tous sont un, sauf deux ou trois partis. C'est le "Mouvement national", qui veut arriver au pouvoir non pas par des élections, mais par la révolution", a noté Fridon Injia. "Nous parlons de ce que pourrait être la solution. Il serait préférable que le "Mouvement national" annonce qu'il ne participera pas aux élections, mais c'est un conte de fées et un sujet exclu. La solution est que le parti au pouvoir applique systématiquement ses déclarations. Premièrement - la primauté du droit, tous ceux qui sont coupables doivent être punis. Au bureau du procureur, il y a 2 000 dossiers sur les étagères qu'ils ne verront pas. C'est le plus gros problème. Tous ceux qui sont coupables doivent être punis, alors tous les problèmes seront résolus. Des élections normales auront lieu. Des exceptions peuvent s'appliquer à certaines catégories de personnes. Par exemple, les mères avec de nombreux enfants, etc. Ch. C'est notre demande", a déclaré Fridon Injia. Selon Davit Zilfimiyan, il est aujourd'hui vital que le Mouvement national arrive au pouvoir pour qu'il ne réponde pas des crimes commis. C'est toute leur origine. "Nous exigeons du parti au pouvoir qu'il fasse respecter la loi. Concernant les actes criminels qui ont déjà été commis

Il est approuvé, les autorités doivent prendre les mesures appropriées et le coupable doit être puni. Depuis 2012, ils n'ont pas été en mesure d'enquêter sur des questions élémentaires", a déclaré Fridon Injia.???? A l'issue de la rencontre, les invités ont noté que les questions soulevées par les députés sont importantes pour eux. Selon le membre de la commission de suivi de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe, Titus Corlatean, il est important pour eux que les "socialistes européens" soutiennent les amendements constitutionnels et la mise en œuvre des modifications du code des infractions administratives.

(Original) Chef des «Socialistes européens»: "Il faut adopter une loi sur l'injure, l'insulte et la trahison..."

29.11.22

"Il faut adopter une loi sur l'injure, l'insulte, la haute trahison, il faut protéger ce qu'on appelle la foi, que ce soit notre foi chrétienne, ou la foi de nos frères musulmans, ou la foi des autres nations vivant en Géorgie depuis des siècles », a-t-il déclaré lors de la session plénière du Parlement. Chef des « Socialistes européens », Fridon Indzhiya.  

Selon ses propos, l'amnistie devrait être interdite par la loi dans le cas de crimes graves, qu'il s'agisse de trahison d'État ou d'un crime similaire inouï commis « par ces inhumains contre une religieuse, ou lié à une insulte à la foi, ou à les intérêts stratégiques du pays ».

"La violence inouïe contre les religieuses du monastère est un crime qui surpasse tout démon et traverse tous les côtés." Tout cela a été causé par la politique pseudo-libérale qui s'est poursuivie pendant les 30 dernières années et qui se poursuit aujourd'hui en lavant le cerveau de notre jeunesse.

Ces deux-là sont les parias de la société, car ils sont reconnus comme citoyens de notre pays. Regardez avec quelle indifférence, quelle impudeur et quelle confiance en eux ils se sont assis dans la salle d'audience, comme si de rien n'était. En même temps, toutes ces années ils ont vécu parmi nous, sont allés à des mariages, à des enterrements, ils ont des parents, des sœurs, des frères, peut-être même des enfants.

En conséquence, nous avons obtenu ceci : la campagne contre l'église est en cours. Les pseudo-libéraux ont répondu par une « tempête orchestrée » aux arguments logiques et argumentatifs du service de presse du Patriarcat. Il s'avère que la liberté de parole et d'expression d'opinions ne peut s'appliquer qu'à la "caste" des journalistes du parti et que les représentants de l'Église orthodoxe, à l'égard desquels l'amour et la confiance du peuple sont illimités, n'ont pas la possibilité d'exprimer leur opinion et leur position.

Il y a des menaces d'incendier le Patriarcat, c'est une pression sans précédent sur les serviteurs.

Chers collègues, tout le monde devrait comprendre à quoi tout cela peut mener. Par conséquent, il est nécessaire d'accepter la loi sur la calomnie, оскорблении, la trahison. Зачистим веру, буду то наша христинаская вера, или вера наших братьев-сульмен, или вера других народов, веками живущих в Грузии. La loi devrait interdire l'amnistie des condamnés qui ont commis des crimes graves et à l'égard desquels la peine est déjà entrée en vigueur", - a déclaré Fridon Indzhiya.

Nous devrions adopter une loi sur la calomnie, l'insulte, la trahison - Fridon Injia

👉 Nous devons adopter une loi sur l'injure, l'insulte, la trahison, protéger ce qu'on appelle la foi, que ce soit notre foi chrétienne, ou la foi de nos frères musulmans, ou la foi du peuple vivant en Géorgie depuis des siècles.

👉 l'amnistie devrait être interdite par la loi pour les personnes condamnées qui ont commis des crimes graves et la peine est déjà entrée en vigueur. Ce sera une trahison ou un crime similaire. Aussi, le crime inouï que ces non-humains ont commis contre la nonne, qu'il s'agisse d'insulter notre foi ou les intérêts stratégiques de notre pays.

🔹 « Collègues, de l'histoire de notre pays, nous nous souvenons bien de la raison de la bataille de Bakhtrion, vous savez tous bien ce qui a suivi ce fait. Nous le savons tous. Même des films ont été tournés.

🔹 Les violences inouïes contre la religieuse du monastère de Nichimukhi ont dépassé toutes les limites. Tout cela a été causé par les politiques pseudo-libérales qui ont cours depuis 30 ans et qui continuent aujourd'hui en lavant le cerveau de nos jeunes.

Ces deux salauds sont des citoyens de notre pays âgés de moins de 40 ans. Voyez à quel point ils se sont assis à l'audience avec malveillance, sans prétention et avec confiance. comme si de rien n'était. A cette époque, ils vivaient avec nous, allaient aux mariages, allaient aux funérailles, ils avaient des parents, des sœurs, des frères, peut-être qu'ils avaient des enfants.

🔹 Résultat, on a eu quoi : la campagne anti-église continue. Les pseudo-libéraux ont répondu par une tempête orchestrée au raisonnement logique et fondé du service de presse du Patriarcat. Il s'avère que seule la soi-disant "caste" des journalistes du parti peut parler de liberté d'expression et d'expression d'opinion, et à l'heure actuelle, les représentants de l'église mère, pour qui l'amour et la confiance dans notre pays sont illimités, n'ont pas l'occasion d'exprimer leur opinion et leur position.

🔹 Ils menacent de bloquer le Patriarcat, c'est une pression sans précédent sur les serviteurs de Dieu.

🔹 Collègues, tout cela devrait être clair pour tout le monde, et c'est pourquoi, pendant qu'il est temps, nous devrions voter une loi sur la calomnie, l'insulte, la trahison. Protégeons ce qu'on appelle la foi, que ce soit notre foi chrétienne, ou la foi de nos frères musulmans, ou la foi des gens vivant en Géorgie depuis des siècles.

🔹 l'amnistie devrait être interdite par la loi pour les personnes condamnées qui ont commis des crimes graves et la peine est déjà entrée en vigueur.

Nous devrions adopter une loi sur la calomnie, l'insulte, la trahison - Fridon Injia

👉 Nous devons adopter une loi sur l'injure, l'insulte, la trahison, protéger ce qu'on appelle la foi, que ce soit notre foi chrétienne, ou la foi de nos frères musulmans, ou la foi du peuple vivant en Géorgie depuis des siècles.

👉 l'amnistie devrait être interdite par la loi pour les personnes condamnées qui ont commis des crimes graves et la peine est déjà entrée en vigueur. Ce sera une trahison ou un crime similaire. Aussi, le crime inouï commis par ces non-humains contre la nonne, qu'il s'agisse d'insulter notre foi ou les intérêts stratégiques de notre pays.

🔹 « Collègues, de l'histoire de notre pays, nous nous souvenons bien de la raison de la bataille de Bakhtrion, vous savez tous bien ce qui a suivi ce fait. Nous le savons tous. Même des films ont été tournés.

🔹 Les violences inouïes contre la religieuse du monastère de Nichimukhi ont dépassé toutes les limites. Tout cela a été causé par les politiques pseudo-libérales qui ont cours depuis 30 ans et qui continuent aujourd'hui en lavant le cerveau de nos jeunes.

Ces deux bâtards sont des citoyens de notre pays âgés de moins de 40 ans. Voyez à quel point ils se sont assis à l'audience avec humilité, sans prétention et avec confiance. comme si de rien n'était. A cette époque, ils vivaient avec nous, allaient aux mariages, allaient aux funérailles, ils avaient des parents, des sœurs, des frères, peut-être qu'ils avaient des enfants.

🔹 Résultat, on a eu quoi : la campagne anti-église continue. Les pseudo-libéraux ont répondu par une tempête orchestrée au raisonnement logique et fondé du service de presse du Patriarcat. Il s'avère que seule la soi-disant "caste" des journalistes du parti peut parler de liberté d'expression et d'expression d'opinion, et à l'heure actuelle, les représentants de l'église mère, pour qui l'amour et la confiance dans notre pays sont illimités, n'ont pas l'occasion d'exprimer leur opinion et leur position.

🔹 Ils menacent de bloquer le Patriarcat, c'est une pression sans précédent sur les serviteurs de Dieu.

🔹 Collègues, tout cela devrait être clair pour tout le monde, et c'est pourquoi, pendant qu'il est temps, nous devrions voter une loi sur la calomnie, l'insulte, la trahison. Protégeons ce qu'on appelle la foi, que ce soit notre foi chrétienne, ou la foi de nos frères musulmans, ou la foi des gens vivant en Géorgie depuis des siècles.

🔹 l'amnistie devrait être interdite par la loi pour les personnes condamnées qui ont commis des crimes graves et la peine est déjà entrée en vigueur.

(Original) "Socialistes européens" ont participé au séminaire de l'Ambassade de Chine en Géorgie

19.11.22

A l'invitation de l'Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République populaire de Chine en Géorgie, le président du parti politique parlementaire "Socialistes européens" Fridon Indzhiya et les membres du Conseil politique ont pris part à un séminaire au cours duquel les thèmes du 20e Congrès du Parti communiste chinois au pouvoir ont été discutés.

En particulier, les programmes pour le développement ultérieur de la Chine comprennent : "Formation du système supérieur de l'économie de marché socialiste", "Formation du système de production moderne", "Programme de stimulation globale du village" et de nombreuses autres directions .

(Original) Vice-président Avtandil Enukidze - Irakliyu Garibashvili : Les générations apprécieront le fait que la Géorgie ne se soit pas engagée dans la guerre pendant votre mandat de Premier ministre

18.11.22

"Les années passeront et les générations évalueront positivement le fait que pendant votre mandat de Premier ministre du pays dans cette situation tendue, la Géorgie ne s'est pas engagée dans la guerre. Merci d'avoir sauvé le pays aujourd'hui, pas d'entrer dans la guerre.

C'est ce qu'a déclaré le membre des "Socialistes européens", le vice-président du Parlement géorgien, Avtandil Enukidze, lors des audiences d'interpellation au plus haut organe législatif du Premier ministre Iraklia Garibashvili.

«Il est tout à fait exact que les sanctions n'ont pas été introduites. Premièrement, c'est ce dont notre pays avait besoin, et deuxièmement, si vous faites un parallèle avec ce qu'ils disent, la prétendue libération des criminels contribuera à la dépolarisation, alors l'introduction de ces sanctions ne contribuerait pas à la situation que nous avons. En particulier, à 30 kilomètres se trouve l'armée russe, qui peut se retourner contre nous..."

"Ils vous reprochent de visiter des pays asiatiques... C'est bien que vos visites se fassent dans des pays asiatiques, car nous avions une autorité dans ces pays, qui a été perdue, et cette autorité est déjà en train d'être rétablie. Si vous cherchez des investissements à attirer dans le pays, qu'ils viennent d'Asie, d'Afrique ou de tout autre pays, ne laissez personne nous limiter. Je vois une chose derrière cela - ils ne veulent pas le développement de notre pays".

"Certaines personnes n'aiment pas les attaques contre les ambassadeurs... Je ne pense pas que ce soient des attaques." Si l'ambassadeur dit quelque chose qui n'est pas acceptable pour mon pays et qu'il faut répondre, il faut le faire. Si nous traitons un malentendu, il sera également clarifié », a déclaré Avtandil Enukidze.